Fruits du néant de Ferdinand Bruckner

Après La Révolte, Hugo Roux revient aux textes fondateurs du travail de Demain dès l’Aube. Avec une distribution élargie et des problématiques très en lien avec la philosophie, ce spectacle ouvre un nouveau cycle de créations.

Prochaine représentation :
3 novembre 2020 – Auditorium Seynod (74)

© Hugo Fleurance

Ces interminables instructions et ces questions, ils te couvrent de ridicule comme s’ils voulaient mettre ta vie à nu. Ils la réduisent en miettes jusqu’à ce qu’il n’en reste rien et que l’accusé ne désire rien d’autre que de s’en débarrasser.

Extrait de la note d’intention

Dans les ruines encore fumantes d’une ville allemande, au lendemain d’une guerre dont on ne dit pas le nom mais qu’on devine être la seconde guerre mondiale, quatre jeunes gens décident de s’embarquer dans un voyage pour l’Italie après que l’un d’eux ait tenté d’assassiner un camarade de classe. Cette jeunesse désespérée que nous donne à voir Ferdinand Bruckner, c’est une jeunesse sans attaches, sans repères, sans modèles. Chacun a perdu un père, une mère, un frère dans cette guerre, or dans la ville, comme dans les mémoires, tout ce qui peut y faire écho est volontairement occulté. Il faut positiver et aller de l’avant.

Cette jeunesse, qui cherche refuge dans la religion ou la philosophie, qui embrasse la consommation à outrance ou l’ultra-violence, parce que c’est tout ce qui lui reste, c’est celle que Bruckner rencontre en 1948, au retour de son exil américain. Il découvre Berlin en ruines et ses habitants, consterné par l’ampleur des dégâts physiques et moraux. C’est à partir de ce sentiment qu’il écrit Fruits du néant, comme un road trip nihiliste et désabusé, empreint d’un esprit no future avant l’heure.


MISE EN SCÈNE Hugo Roux

AVEC
Gert Oscar Montaz
Adi Lauriane Mitchell
Creszenz Morgane Real
Foss Lucas Wayman
Lebrecht / Lech Arthur Daniel
Gries / Witte Stéphane Naigeon
Sophie Marie Favre

TRADUCTION R. Orthmann & A. Plank
DRAMATURGIE Lucas Wayman
LUMIÈRES & RÉGIE Hugo Fleurance
SCÉNOGRAPHIE Irène Vignaud
COSTUMES Alex Costantino
SON Camille Vitté

Retour aux créations