L’éveil du printemps de Frank Wedekind

En novembre 2014, la compagnie Demain dès l’Aube crée L’éveil du printemps de Frank Wedekind à L’Auditorium Seynod – Scène régionale. Ce spectacle partira en tournée pour 26 dates jusqu’en 2017 à Saulieu, Lyon, Paris et Ferney-Voltaire.

© Joséphine Gardoni

Oh, crois-moi, l’amour n’existe pas ! Tout n’est qu’intérêt, tout n’est qu’égoïsme ! Je t’aime aussi peu que tu m’aimes.

Extrait de la note d’intention

Dans L’éveil du printemps, les adultes se trouvent pris entre la curiosité à vif de leurs enfants et le poids de la morale et de la religion qui pèse sur eux. Il leur est impossible de dire les vrais mots et d’expliquer à leurs enfants les règles qui régissent cette société. Ils sont eux-mêmes de plus en plus dépassés au fur et à mesure de la pièce par les choix et les actes de leur progéniture qui cède, peu à peu, à l’envie de savoir, de comprendre. Alors tout est fait pour tenter de les ramener dans le droit chemin : si Melchior s’intéresse à la sexualité, il finira en maison de correction ; si Wendla est trop curieuse vis-à-vis de son corps, elle mourra des suites d’un avortement clandestin. Dans toute son hypocrisie, la société s’empresse de dissimuler ces réfractaires au système. Cette quête perpétuelle de l’Homme sans défauts qui a refoulé au plus profond de son être toutes ses peurs et tous ses rêves d’enfants, voilà l’ultime projet de cette société.

Nous voudrions dire notre rage d’évoluer en tant que vieux enfants dans ce monde. Ainsi, nous chercherons à faire résonner les mots de Wedekind sans fioritures. L’idée est de considérer le théâtre comme un des rares lieux où la possibilité de s’exprimer dans la Cité n’a pas encore été détruite. Avec nos corps et dans cette société, comment pouvons-nous nous laisser traverser par ce texte ? Comment pouvons-nous faire en sorte que Wendla, Melchior et Moritz n’apparaissent pas comme de vieux fantômes mais bien comme des enfants de notre siècle ? Il ne leur reste rien que la possibilité de vivre comme des étincelles. Racontons l’histoire de ces grands brûlés de l’âme.


MISE EN SCÈNE Hugo Roux

AVEC
Melchior Hugo Lecuit / Grégory Benoit
Moritz Oscar Montaz
Wendla Alexia Hébrard / Jeanne Desoubeaux
Hanschën / Le Directeur Sonenstich / Helmuth Lucas Wayman
Ernst / Habebald / Dr. Brausepulver / Rentier Stiefel / Reinhold Charles Guerand / Lucas Ecuer
Otto / Fliegentod / Monsieur Gabor / Ruprecht Théo Roux / Ferdinand Flame / Arthur Daniel
Martha / Madame Gabor / Zungenschlag Julia Baudet
Ilse / Ina Müller / Knüppeldick / Madame Gabor Clara De Pin / Délia Espinat-Dief
L’homme masqué Vincent Perraud / Hugo Roux

ADAPTATION Lucas Wayman, Lucas Ecuer et Hugo Roux
ASSISTANT À LA MISE EN SCÈNE Lucas Ecuer

Retour aux créations